01 juin 2007

distraction

En chine, on peut faire une licence de mannequinât à l'université. Si, si, si. Oh, j'entends déjà s'enthousiasmer vos phantasmes confucéens « quelle nation lettrée ! Que de jolies filles pleines de talent ! » et bla bla et bla
Mais comme vous le savez, votre humble reporter n'est pas au service de la glandeur de la nation, aussi s'est-elle enquise un peu plus loin :
- : « euh, il y a vraiment un département UNI VER SI TAIRE de formation des mannequins ? »
- 
« oui, oui, une licence, en quatre ans. »
Là, je ne vous cacherais pas que mes tentatives d'objectivités s'esclaffèrent dans un indécent fou rire de trois minutes, mais reprenant mon sang-froid, j'ai quand même pu mener à bien cette interview captivante :
- « Avec des cours de Marx-Lénine-Mao, comme tout le monde ? »

Me voila rassurée, nos Polly Magoo de la mode asiatique n'ont pas la tête creuse. Loin s'en faut, quand bien même faudrait-il vous rappeler que ces cours de « philosophie » c'est comme ça que ça s'appelle, représentent  40% des cours de licence de TOUS les étudiants chinois.
Donc, les 60% restants ?
- : « Pourriez-vous me préciser précisément en quoi consiste le programme de leurs 4 années d'études universitaires ? Apprendre à défiler sur une scène un pied devant l'autre ?»
- « Oui, exactement, elles ont des cours de déambulation sur scène. »
( Là, je me rappelle une copine chinoise il y a quelque temps : "comme tu marches bien avec des talons !!! tu as appris où ? ")
- 
« Donc, des cours de déambulation pendant 4 ans ? Remarque, le déhanché, ça doit prendre un moment...»
- « oui, mais aussi des cours de e et de maintien, parce qu'il faut qu'elles apprennent à être des personnes de grandes "qualité"  pour pouvoir bien exprimer les vêtements qu'elles portent. »
Là, perspicaces, vous aurez décelé le fin mot de l'affaire : les mannequins chinoises doivent aller à la fac, non pour acquérir une somme de connaissances universitaires, mais pour se dégrossir au mieux de leur ignorance crasse du monde, du corps, des choses, qui transparaît dans le moindre de leur geste . Est-il besoin de mentionner qu'en dehors de l'école, nulle possibilité d'épanouissement genre danser la samba le samedi soir, en chine ?
- -« euh, ben vous savez, c'est un peu difficile pour une étrangère obtuse  de bien saisir le contenu des cours, parce que moi, je suis un tantinet rétro, et j' ai encore tendance à considérer que la valeur humaine d'une personne se développe tout au long de sa vie, qu'elle est l'expression de son émotivité (ce mot est une insulte, je vous raconterai pourquoi un autre jour ), de sa sensibilité comme de l'accumulation de ses  expériences humaines, physiques particulières...tout un tas de trucs pas faciles à apprendre à la fac en France...»
-« .. ? Mais elles ont des cours de stylisme, d'art de la vie, de dessin, etc.... »
- -« Ah ! Génial ! donc elles peuvent aussi être stylistes ? »
- «  Ben non, en fait, leur formation est pas assez poussée... c'est des ersatz... »
- «  Et elles peuvent choisir l'option « comment agrafer ma chemise toute seule? »
Je vais encore passer pour une infâme réductrice d'imaginaire, je sais...

Donc, pour résumer, les études de mannequinât n'enseignent pas grand-chose de plus que les études d'histoire à l'université chinoise, mais au moins, ça permet aux modèles d'être intégrées dans ce que les chinois vénèrent comme étant la « e dominante », inaccessible à qui ne s'est pas ennuyé 40 heures par semaines sur les bancs de l'université... samedi et dimanche compris, sans quoi le formatage serait parcellaire et donc pernicieux.

Je commence à me dire que les mannequins occidentales sont des lumières, d'être parvenus à se forger autant de connaissances de la mode, du goût, de la déambulation, du portage de vêtement, comme ça, au contact de la vie, des gens et d'une vague formation accélérée. Ou bien manqueraient-elles sincèrement de solides bases en philosophie ?

 P.S : Je sais bien que les mannequins sont aussi des hommes, mais
1-rares sont les texte où la troisième personne peut se décliner au féminin tout du long, aussi me suis-je laissée emporter dans un élan d'optimisme
2- les hommes sont peut-être mannequins aussi, mais la mode au départ est une expression de domination des femmes, il s'agit donc d'une minorité masculine qui n'a aucune raison historique de l'emporter. Na !

 

Posté par meliepapillon à 13:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur distraction

    ??

    Eh bé, je comprends mieux pourquoi entre 1978 et 2007, le nombre de touristes en Chine, est passé de 300 000 à près de 20 millions... ils vont réussir à nous coiffer au poteau ces vieilles badernes marxisantes, nous les "frenchies" libertarisant (si, si, notre actuel président du conseil d'administration a sacré Michel Onfray ministre du CULte).
    Je comprends mieux du coup pourquoi vous y êtes partis toi et ton homme... c'était quand même louche ce penchant pour les crevettes crues et le tofu cuit.

    en tout cas, j'espère que tu vas nous pondre une somme avec autant d'humour et de dérision (tout en restant objective et scientifique, bien sûr). J'ai, du coup, l'impression d'écrire comme un papy du siècle 20 (en même temps, j'en viens, de ce siècle).

    plein de bises de nous trois.
    El Guille


    Au fait, quand a t'on le plaisir de vous compter parmi nos invités pour un apéro en terrasse? Au mois de juillet j'espère (dans deux jours, non, j'y crois pas...).

    Posté par El Guille, 30 juin 2007 à 01:57 | | Répondre
Nouveau commentaire