22 mai 2007

Mac Taoisation

De Pékin à Qingdao, due à ma tête d'alien, le guichetier ne me laissa pas d'autre choix que d'emprunter le nouveau TGV français qui fait la ligne en 6 heures à la place de 10 heures à moitié prix, peut-être pour tester ma réaction à ce dispositif très pré- J.O. Il faut bien avouer que le confort était maximal, si ce n'est la période d'adaptation pour que mon cerveau admette enfin que derrière ces vitres trop connues ne défilait pas la Beauce, mais bien la province du Shandong... 6 heures en apnée dans le numéro 6 de la revue éditée par l'association taoïste de chine, je me  laissai envoler dans le rêve mainte fois répété, d'une évasion. Nous nous rendions à Lao Shan, avec ma copine Djim étouffée par la pollution pékinoise,  une des plus importantes montagnes de retraite taoïste, et par une de ces coïncidences qui n'en sont généralement pas, un long article était consacré aux séjours que Zhang San Feng y avait effectués au cours de sa vie du 13ième siècle. Car Zhang San Feng, prêtre taoïste qui accéda véritablement à l'immortalité selon d'aucuns l'ayant vu prendre son envol vers la fin du 16ième siècle, aurait pu naître, au choix, en 960, 1247 ou 1279. Dans cet article, s'il s'agissait de la version 1247, Zhang San Feng n'en demeurait pas moins l'initiateur avéré de l'école interne des arts martiaux, associée au Tai Ji, et le fondateur des techniques de respiration et de force intérieure qui s'opposent, dans tout bon ique de cape et d'épée, aux arts externes violents et bouddhistes de Shaolin... Je vous laisse imaginer mon délice à retourner sur les traces de ce fameux héros qui parcourait 500 kms en un jour et mesurait 5 mètres avec des moustaches en pointe de lance, traces que j'avais eu tant de plaisir à humer voilà déjà quatre ans avant les J.O, au sommet de Wu Dang Shan... Le TGV me propulsait donc vers la deuxième montagne où le héros modèle de Tai chi master joué par Jet Li avait été se recueillir à trois reprises, dans telle grotte aux exhalaisons mystiques où bien dans le prestigieux monastère des Han qui couronnerait notre visite. Qingdao est une ville qui, comme son nom l'indique, donna de la bière et des églises allemandes à la Chine. Située sur les bords d'une mer inodore, elle garde le charme de ses pins et de ses petites maisons européennes jusqu'à sa périphérie ou s'entame l'accablante route du littoral : après 40 kms de placards publicitaires en bordure de mer, et de chantiers immobiliers de l'autre nous arrivâmes au péage de la montagne taoïste. Moyennant 70 kuais (7 euros ) par personne, nous entrâmes en possession du privilège de pénétrer dans la nature. 8 kms d'asphalte plus loin, le taxi nous déposa à l'entrée du temple : force nous fût d'admettre que les immortels ne sont pas des êtres aussi désintéressés que nos bons vieux saints d'église, aigris certes, mais gratuits...Des fonctionnaires du tourisme d'état grimés en officiants taoïstes contrôlaient tout professionnellement le tourniquet d'entrée du temple pluri centenaire, tandis que trois jeunes nymphes de court vêtu accostaient le visiteur en proposant des services d'orientation touristiques pour la modique somme de 10 kuais ... Accusant la surprise de s'entendre adjectiver d'un virulent « capitalistes », les poinçonneurs taoïstes ne purent cependant que nous permettre, pour la toujours aussi modique somme de 15 kuais, d'investir ce haut lieu de recueillement et de sérénité. Après avoir erré quelques instants sous le bruit des marteaux piqueurs parmi un flot d'appareils numériques et d'ombrelles roses,  nous décidâmes d'entrer en contact avec les occupants du lieu, véritable objet de notre voyage. Comme un prêtre taoïste à l'allure imposante de vestige historique nous proposait d'entrer dans une petite tente jaune pour nous faire lire la bonne aventure par un tout aussi antique de ses collègues, je ne pu retenir en moi le désir d'échanger quelques mots avec un être vivant qui communique aussi aisément avec les forces maléfiques de la nature, mais, si j'eu la prudence de m'assurer de l'aspect financier de l'opération, j'eu aussi et malheureusement la suprême imprudence de ne pas demander à quels sommets elle pouvait atteindre... Et c'est ainsi qu'après avoir tiré une des six cartes que nous proposait l'officiant, nous fûmes plongées dans le plus engluant des embarras, car précédemment dévalisées de notre budget voyage, nos malheureux 200 kuais restants ne suffisaient ni à payer le talisman rouge contre les mauvais esprits à 1000 kuais, ni les offices religieux qui auraient pu être faits pour nous sauver d'un sort pitoyable, à 300 kuais... J'essayais alors de détourner la conversation sur les conditions de vie dans un monastère aujourd'hui, sondant avec aménité le vieux sage sur sa perception du recueillement et de la méditation, mais rien qui n'y fit :
-« c'est 300 kuais minimum »
-« euh, on va essayer de s'arranger avec les méchants esprits maléfiques,rassurez-vous, on peut vous laisser 30 kuais ? »
-« 300 kuais la prière »
-« heu, en fait, on n'était pas très au courant, comme on est des diables étrangers, on n'avait pas prévu, on est vraiment désolées et on vous remercie pour tout de tout notre cœur, mais là, vraiment, on n'a pas cette somme... »
-« 300 kuais ! 300 kuais ! » L'intonation s'envenimait dangereusement.
-« C'est-à-dire en vérité, on voulait juste parler avec vous, et puis comme vous ne nous avez ni lu l'avenir, ni exorcisées, ni...rien du tout en fait, peut-être qu'avec 50 kuais on pourrait rester amis... ? ??? » Je ne parvenais pas, dans ce haut lieu de culte, à endosser mon tablier de maraîchère, mais lui
-« 300 kuais, il faut 300 kuais , c'est 300 kuais ! » étranglé par la colère, ne trouvait de ressource vociférante que dans ce mystérieux nombre magique : -« 300 kuais ....300 kuais...300...»

Comme les tentures sont légères, le scandale devait commencer à se propager vers la tente voisine où 5 apparatchiks en train de se faire exorciser du mal qu'ils avaient commis dans leur vie étaient sur la voie de payer le ravalement du temple, le tout à l'égout, l'air conditionné et un énième chiotte public pour les fidèles en promenade. Le premier imposant vestige historique surgit donc promptement sur son nuage céleste pour nous extraire de cette inextricable gluance :
-« Monsieur très Sage, merci de nous excuser, on est désolées, mais on pensait ...." Je me surpris à implorer bien malgré moi un improbable pardon chrétien...
-« Etant donné que vous êtes des étrangères, on va prendre soin de vous tout de même ; si vous aviez été chinoises, il n'en aurait jamais été cas. »
-« Merci, bien trop gentil de votre part, surtout que si on avait été chinoises, on aurait su combien ça coûte, hein ? »
Mais la tenture s'était déjà refermée derrière nous.

Abandonnant rêves d'ermitage et idéaux sylvestres, les jambes à notre coup interceptèrent un merveilleux bus servant qui nous conduisit sur des nuées enchantées et le long des mêmes placards littoraux badigeonnés de sages paroles du parti : « Combattons la superstition » « Glorifions la science»  « Aimons la vie et protégeons la », directement à la gare, où il ne fut bienheureusement pas trop tard pour échanger nos billets de TGV et rentrer le soir même à Pékin...
Même pour 30 kuais seulement, on avait réussi à évincer tous les mauvais esprits de notre route ; ouf !   

 

Posté par meliepapillon à 07:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Mac Taoisation

Nouveau commentaire